Le Sauna Finlandais

Oxygène la peau et les voies respiratoires, et favorise la circulation.

Le sauna finlandais est un habitacle constitué d’une structure en bois avec un matériel isolant en son intérieur et recouvert d’un revêtement à système d’emboîtage. Il est équipé de bancs intérieurs. L’élément essentiel du sauna réside dans l’équipement électrique générateur de chaleur, réchauffant l’air de manière à atteindre une température très élevée en son intérieur, combiné avec un niveau d’humidité très bas dû à l’effet d’absorption du bois.

Climat spécifique du sauna : Température : 80 – 110ºC. Humidité : 5 – 25% HR (Humidité relative)

Les Bénéfices :

  • Relâchement nerveux – Relaxation.
  • Dilatation des ramifications respiratoires – Oxygénation.
  • Dilatation vaisseaux sanguins. Stimulation de la circulation sanguine des extrémités.
  • Elévation de la fréquence cardiaque. Stimulation du système de circulation.
  • Nettoyage des toxines des pores de la peau. Glandes sudoripares.
  • Améliore l’élasticité des tissus musculaires et des articulations osseuses.

Comment prendre le bain de sauna

L’effet thérapeutique du sauna finlandais n’est pas immédiat, c’est pour cela que les séances doivent être réalisées de manière régulière.

  • Douche d’eau chaude. Début du processus d’ouverture des pores.
  • Se sécher correctement tout le corps.
  • Entrée dans la cabine. Il est incorrect de sortir de celle-ci avant d’en avoir ressenti la nécessité, mais il n’est pas non plus correct d’y demeurer tout en sentant la nécessité de sortir.
  • Sortie du sauna. Douche d’eau froide, en commençant par les extrémités.
  • Commencer la phase 3. Phase de répétition.
  • Phase de repos : Cette phase est importante puisqu’elle complète le processus de relaxation.
  • Une douche de nouveau à l’eau tiède, pour éliminer toute la sueur.
  • Boire de l’eau si besoin.

Le sauna – Toute une institution en Finlande

La Finlande est le berceau du sauna, et le Finlandais est le plus enthousiaste des peuples pour l’utilisation de celui-ci au niveau mondial.

La Finlande abrite 5,1 millions d’habitants et 1,7 millions de saunas, un pour trois personnes. Le sauna est un phénomène typiquement finlandais, bien que ce ne soit ni une invention, ni une propriété privée des Finlandais. A la fin du XIXème siècle sur le vieux continent, la coutume existait sur toute une région allant de la Baltique à l’Oural. Le sauna était aussi généralisé dans les peuples finno-ougriens de la région Baltique (Estoniens, Caréliens, Vespes, et Livoniens) mais aussi entre différents peuples slaves, baltiques (Lettoniens, et Lituaniens), tartares de Turquie et Finno-Ougriens orientaux.

Le sauna finlandais traditionnel est une salle en bois, dans laquelle les baigneurs assis sur des bancs de différents niveaux versent de l’eau sur des pierres chaudes situées sur une source de chaleur.

« Sauna » est le mot finlandais le plus internationalement diffusé, bien que d’après les Finlandais, ayant été utilisé dans d’autres langues, il n’ait pas toujours conservé sa signification originale. L’expression « prendre un bain de sauna » ne signifie pas seulement entrer dans une atmosphère chaude, mais aussi tout un rite composé de différents temps de transpiration par la chaleur du poêle et de vapeur d’eau versée sur les pierres. Cette vapeur (löyly) représente justement l’esprit du sauna. Löyly est un mot finno-ougrien qui est dans notre vocabulaire depuis plus de 7.000 ans.

Ce type de bain n’est pas exclusif des Finlandais. Dans plusieurs autres cultures, il existe des constructions et des coutumes similaires (les bains romains, turcs, celtes, le « sweat lodge » des indiens d’Amérique du Nord, le « furo » des Japonais, le « bania » des Russes et le « temascal » mexicain). Mais les Finlandais peuvent être considérés comme le peuple « saunien » par excellence, car ils ont maintenu cette tradition vivante et ils l’ont adaptée à leur mode de vie contemporain. Ils ont conservé, développé et transmis le sauna et ils l’ont diffusé internationalement sous l’étiquette de SAUNA FINLANDAIS.

Brève histoire du sauna finlandais

Le mot sauna était déjà dans le lexique des anciens suomi (finnois) et sami (lapons). Le cœur du sauna consistait en un poêle qui réchauffait une pile de pierres, autour de laquelle on prenait un bain de vapeur sous une couverture occasionnelle comme celles des bâches de sudation des indiens d’Amérique du Nord. Il est possible qu’il y ait eu des bains de transpiration tel que le sauna à l’âge de pierre, il y a environ 6.000 ans : les fourneaux des habitations étaient des trous circulaires non très profonds dont la base accueillait deux ou trois couches de petites pierres.

Il y a des évidences qui prouvent qu’entre le Vème et VIIIème siècle, les saunas en bois étaient déjà connus en Finlande. Le sauna était une cabane en tronc d’arbre, d’une seule pièce, qui se réchauffait par l’intermédiaire de feu et de fumée (sauna de fumée). A l’origine, le bain de sauna se prenait dans l’unique pièce de l’habitation. La technologie de construction finlandaise a été exportée aux quatre coins du monde par les émigrants, au travers des millénaires. En Amérique, on pourra l’observer dans les structures des Pionner House de la Nouvelle Angleterre.

Le sauna finlandais original

Le poêle de fumée était un feu qui réchauffait un grossier tas de pierre et une coupe ronde là où on disposait les pierres. Il s’agissait du fourneau de la maison- il continue à être utilisé dans les saunas de fumée qui servaient pour chauffer les habitations et le sauna, mais non pour cuisiner et cuire au four. De ce fait, au XIème siècle, on commença à utiliser un four avec une chambre fermée dessus et un endroit devant pour réchauffer les récipients. C’est de cette manière que se sont développés deux fourneaux différents, un adéquat pour l’habitation et l’autre pour le sauna qui fut peu à peu écarté dans ses fonctions de salle de bain, bien qu’il ait gardé sa fonction domestique.

A la fin du XVIIIème siècle, dans les saunas de Finlande de l’ouest, on commença à voir apparaître des poêles fermés en briques, plus sûrs que les poêles ouverts qui représentaient un danger permanent d’incendie. Les nouveaux poêles avaient deux ou trois étuves : dessous le fourneau, au milieu les pierres et sur la partie supérieure, la fumée produite remplissait la pièce.

Le sauna obtient sa cheminée

Le poêle avec cheminée constitua un grand pas en avant dans l’histoire du sauna à la fin du XVIIIème siècle. On ajouta au four à fumée, fermé, un simple tuyau, une étroite continuation de la chambre supérieure, soit une véritable cheminée avec sa vanne conduisant à l’extérieur du toit. Au XIXème siècle, la cheminée murale s’est généralisée, avec une base propre, à côté d’un poêle séparé, en brique.

Le poêle avec la sortie de fumée a rendu possible la construction de saunas dans des endroits où le sauna à fumée était impensable, comme par exemple, dans les villes, qui avaient principalement des maisons en bois avec des jardins propices pour l’installation de maisonnette.

Vers 1910, la production en série de poêles à carcasse métallique apparut. Les fabricants se sont enthousiasmé pour ce marché et ont perfectionné les modèles, jusqu’à ce qu’en 1930 apparaisse un type totalement nouveau : le poêle à chauffage continu, dans lequel le bois brûle dans sa propre étuve séparée et ni les flammes ni la fumée n’entrent en contact avec les pierres, comme c’était le cas avec les poêles « à fournées ». La nouveauté permet de maintenir le feu allumé durant le bain et produire de la vapeur tout en ayant de la braise de bois.

Le sauna finlandais urbain

Les nouveaux modèles de poêle ont promu, dans les années trente, une renaissance de la tradition finlandaise du sauna, qui s’était essoufflée dans les premières décennies du siècle avec les problèmes de processus d’urbanisation de la société agraire qui la cultivait.

L’urbanisation de la société commença à se renforcer dans la décennie de 1880, avec la lente construction des systèmes d’eau courante et d’égouts, l’électrification et la fabrication de maisons maçonnées et d’édifices d’appartements. La salle de bain est la grande nouveauté qu’apporta le siècle, la baignoire, offrit aux Finlandais un éclat de luxe européen faisant passer le sauna pour une coutume démodée et rurale. Les habitants d’appartements n’auraient pour le moins pas connu le sauna durant des années sans la présence de bains publics payants.

Les saunas publics disposaient de sections séparées pour les hommes et les femmes et même pour des secteurs particuliers, où les familles pouvaient réserver leur place. Les grands établissements de bains offraient à leurs clients un service de nettoyage, massages et parfois application de ventouses. Comme les clients se retrouvaient régulièrement dans le même sauna, il se formait ainsi des groupes dans une ambiance amicale, sans plus de hiérarchie ni titre, si ce n’est les gagnants de temps en temps pour leur résistance aux températures élevées.

Les saunas publics constituent une étape historique, spéciale sur plusieurs aspects, qui dura jusqu’aux années cinquante. A la fin de la seconde guerre mondiale, presque cent cinquante saunas publics fonctionnaient à Helsinki, mais au début du XXIème siècle, il n’en restait que deux.

Le poêle électrique est sûr et facile d’utilisation, car il se base sur une résistance qui se met en marche avec un simple interrupteur et chauffe les pierres à la température souhaitée.

Comme il n’a pas besoin d’un conduit pour la fumée, il peut donc s’installer dans des endroits dans lesquels il serait impossible de placer un four à bois. Le sauna ne requiert plus de construction isolée, et peut être installé dans tout type d’habitation comme une pièce de plus.

Le poêle électrique a apporté une solution définitive au problème des saunas urbains. Depuis les années cinquante, au rez-de-chaussée des bâtiments, on commença à voir apparaître ponctuellement des saunas du condominium pour que chaque famille ait son tour hebdomadaire. Aujourd’hui, le sauna commun a fait place au sauna particulier construit près de la propre salle de bain, une spécialité des habitations finlandaises. De petits saunas ont aussi fait leur apparition dans les salles de bains des hôtels… Une touche bien finlandaise à l’hôtellerie mondiale !

Chauffage du sauna et anciennes coutumes

Le sauna était jadis un lieu sacré pour les Finlandais. Il était situé dans le patio de la maison, jusqu’à ce qu’au XXème siècle, on commence à les construire au bord des lacs, suivant l’exemple des demeures élégantes. On avait pour habitude de prendre un bain de sauna une fois par semaine, le chauffage de la pièce, servant à plusieurs passages, et notamment pour les saunas de fumée, pouvait donc prendre toute une journée. Choisir, placer et ajouter le bois étaient tout un art, mais l’élément fondamental était de maintenir l’esprit serein ; les experts en chauffage de sauna et en confection de lacets de bois de bouleau savaient travailler dans le calme et sans urgence, et ils transmettaient leurs techniques de génération en génération.

La séance de sauna détient beaucoup de normes traditionnelles. Selon le refrain «  le sauna, comme l’église, requiert le recueillement ». Tous le monde sait qu’il est interdit de chahuter, dire des grossièretés, potiner, mal parler de son prochain, lâcher des gaz incessant ou faire du bruit dans un sauna. On apprend aux enfants le savoir vivre du sauna, avec ses normes et ses interdictions.

L’ancienne tradition finlandaise indique constamment que l’image de mélange vulgairement associée à la culture du sauna finlandais, est inexacte. Hommes et femmes avaient, dans la communauté agricole, leurs propres tours, et le sauna en famille est même un phénomène postérieur. Anciennement, le patron entrait dans le sauna le premier suivi des ouvriers, après le labour. C’était ensuite le tour des femmes et des enfants en revenant de la traite.

La littérature finlandaise est remplie de juteuses scènes de sauna, la plus célèbre est celle des « Septs frères » d’Aleksis Kivi, dans laquelle, les deux protagonistes prennent un bain de sauna de Noël, couchés sur un tas de paille dans leur nouveau ranch chauffé par la fumée, une bière spéciale à la main… et le sauna prend feu ! La littérature a pour habitude de se nourrir de la riche tradition populaire.

Le sauna est très lié au calendrier agraire, puisque il y était réalisé de nombreuses tâches importantes : on taillait le lin, faisait sécher la viande, fumait la charcuterie, on séchait et sucrait le malt, on mettait les graines à germer et on lavait le linge. Ces tâches saisonnières, qui réunissaient durant plusieurs jours les jeunes et les anciens de la famille, étaient accompagnées de poèmes et chansons populaires : au rythme du travail on chantait (jusqu’à des couplets érotiques), on racontait des histoires et des contes, et on résolvait des devinettes.

Dans le calendrier folklorique, il y avait des jours spéciaux pendant lesquels on faisait des présages pour l’année à venir, pour l’agriculture, les futurs mariages… A Koivisto, dans l’isthme de Carelia, la veille de la nouvelle année, on chauffait le sauna bien tôt dans la journée avant les premiers rayons de l’aube. Si le premier jour de l’an, la vapeur montait aux cieux avant le soleil, on s’assurait de fait, que « tous les travaux se feraient à temps tout le long de l’année et que rien ne se retarderait ».

Les plaisirs du sauna

Pourquoi les Finlandais utilisent le sauna ? Parce que c’est une tradition ancienne et qu’ils y sont habitués depuis leur enfance. Le sauna nettoie, apporte la santé, la paix intérieure, l’expérience de vie et bien d’autres plaisirs.

…Nettoyage. Le sauna offrait jadis la possibilité d’un nettoyage profond, au moins une fois par semaine. Actuellement, les sanitaires modernes des habitations remplacent le sauna sur cette fonction essentielle. Une bonne transpiration dans le sauna, suivie d’un rinçage, nettoie la peau bien mieux qu’on ne peut l’imaginer.

… santé. Le vieux refrain finlandais «  si ca ne se soigne pas par le sauna, l’alcool et le goudron, le mal est mortel » ne signifie pas dans l’absolu que ces trois efficaces « remèdes » doivent être pris en même temps. Les gens se rendent au sauna lorsqu’ils ressentent la nécessité de revenir à un état normal à cause d’un corps fatigué ou des muscles endoloris par le dur travail.

…paix intérieure. F.E Sillampää, notre prix Nobel de littérature, racontait qu’après une longue période de production, il était revenu fatigué et abattu, pour se reposer avec ses parents dans sa maison natale. La même nuit de son arrivée, dans la chaude et silencieuse pénombre du sauna, il sentit que ses angoisses et sa dépression s’évaporaient peu à peu. Après le bain, ayant retrouvé le calme et rempli d’énergie créative, il s’assit prêt pour retourner immédiatement à son travail.

Le sauna relaxe, calme et rend la paix intérieure. Bien souvent, au milieu de négociations tendues, les différentes parties ont partagé un sauna, pour se relaxer et arriver plus tard à des accords unanimes et profitables.

…expérience de vie. Pour toutes ces personnes pressées, obligées à ne pas perdre une seule seconde de leur journée, la tranquillité du sauna leur permet d’arrêter le temps. La seule mesure de temps est l’horloge interne pour une durée idéale de la séance de sauna. Le sauna apporte des expériences de plaisir que l’on peut vivre à travers tous les sens.

Après un sauna, on ne peut être pressé. L’esprit s’élève au dessus des devoirs et des préoccupations quotidiennes, le corps paraît dégourdi, les muscles relaxés et la vie plus facile.

Les effets salutaires du sauna

Auparavant, les gens allaient au sauna pour se guérir. Dans celui-ci, les chamans pouvaient se concentrer en paix sur leur science, et l’âme des patients devenait aussi propice à se guérir, car le sauna était lié à beaucoup de croyances et une certaine solennité. La foi en les pouvoirs curatifs du sauna est toujours d’actualité, bien que l’on sache que par elle seule on ne peut guérir, ni prévenir les douleurs chroniques. Le sauna favorise le bien-être général et détient des effets bénéfiques sur la santé, même sur les symptômes de certaines maladies. Dans un sauna, le pouls, la respiration et la circulation s’accélèrent, la température corporelle s’élève, le métabolisme s’active et la pression artérielle peut transitoirement descendre.

La médecine possède un grand respect pour les effets du sauna. Il fortifie le corps et calme l’esprit. Le maniement du sauna était un art des guérisseurs, des experts en ventouses, saigneurs et des rebouteux finnois-caréliens.

En quoi se basaient les propriétés curatives du sauna ? La tradition chamanique raconte que « …dans le sauna, tu t’apaiseras. Lorsque tu sens que les veines les os te font mal, le remède est un sauna. Lorsque tu as une migraine, tu dois aller au sauna. Lorsque tu as une toux, tu ne pourras y aller avant qu’elle ne t’ait passé. Si tu entres dans un sauna, glacé par le froid, ce froid rentrera dans ton cœur, tu devras te réchauffer de l’intérieur avant de rentrer dans le sauna ».

Le sauna présent dans la vie

Le sauna est depuis toujours un lieu sacré pour les Finlandais, où ils se rendent pour purifier leur corps, mais avant tout leur esprit. Auparavant, il était la scène de plusieurs moments cruciaux de la vie, de l’accouchement au lavement des morts. Tous ces rites étaient accomplis sans exception par la maîtresse de maison. En situations critiques – comme par exemple – la maladie d’un nouveau né ou d’un patient, on demandait l’aide d’un sorcier, d’un rebouteux ou d’un guérisseur. Dans des cas extrêmes, la plus haute autorité spirituelle de la région ou de la famille intervenait, une femme ou un homme qui rétablissait l’ordre de la communauté avec son talent curatif.

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, la femme finlandaise donnait, en règle générale, naissance dans le sauna. Le sauna était, en effet, considéré comme un endroit propre et chaud, le plus hygiénique des habitations rurales. Les « journées de sauna » qui précédaient et suivaient l’accouchement, et qui se sont conservées jusqu’au XXème siècle, étaient réservées aux femmes. Une semaine pouvait s’écouler avant que le bébé ne soit solennellement amené à la hutte. Selon l’ancienne tradition populaire, ce n’est qu’a ce moment précis que le père pouvait voir son enfant. D’après la coutume qui dominait dans les pays nordiques à l’époque préchrétienne, les enfants prenaient leur nom lorsque l’homme le plus ancien de la famille leur versait l’eau sur la tête. La cérémonie fut ensuite remplacée par le baptême.

La profonde signification du sauna

Le sauna fait partie de l’identité finlandaise, une institution nationale qui est restée active jusqu’au XXIème siècle. Elle nous permet d’analyser nos propres traditions, et sa comparaison avec les bains et les ablutions d’autres peuples nous apporte une perspective pour apprécier les habitudes et l’idiosyncrasie des autres cultures. En observant le prochain nous apprenons à nous connaître plus profondément. « L’inapi » dans la hutte à suer des Amérindiens, le « furo » des Japonais et le sauna des Finlandais ont, malgré leurs différences beaucoup en commun, spécialement au niveau spirituel.Transpirer dans la vapeur du sauna ou du « swear lodge », ou dans le bain chaud du « furo », est beaucoup plus qu’un nettoyage du corps, c’est un rite qui relaxe le corps et l’esprit. La clé réside dans la re-création qui se produit dans un esprit stimulé par la vapeur ou le bain.